La Réunion totalise

 - 

Profitant des belles performances de ces nageurs, judokas, athlètes et pongistes, la Réunion a pris la tête au tableau des médailles.

Hormis en volley-ball, où la compétition féminine a été stoppée en raison d’une réunion du CIJ jeudi matin pour examiner de nouveaux éléments apportés par la fédération française de volley-ball dans l’affaire Kloster, le sport a été au centre des attentions de tous, hier, sur l’ensemble des sites des 9e Jeux des îles de l’océan Indien.
Des compétitions toujours marquées par un protocole réduit dont semblent s’accommoder les sportifs de l’ensemble des îles. Le plus souvent, les hymnes partent des tribunes chantés par le public et les athlètes eux-même. L’ambiance, du coup, est plutôt bon enfant ici et là.


Ce mercredi de JIOI a vu le bassin du Chaudron accueillir la première journée des épreuves de natation. La Marseillaise a capela y a souvent été entendue puisque les nageurs locaux ont glané huit des neuf titres mis en jeu, le seul 50 m dos féminin lui échappant remporté par la Seychelloise Lexus Laird, record des Jeux à la clef.
Cette dernière n’a pas été la seule à nager vite puisque Géraldine Huffner (200 m brasse), Yannick Chatelain (200 m brasse), Alizée Morel (200 m NL), Benoit Debast (200 m NL), Pierre Yves Desprez (50 m dos) et les Réunionnaises du 4×100 m nage libre ont eux aussi effacé des tablettes les anciennes meilleures marques indiaocéaniques.
Le stade d’athlétisme de Saint-Paul a lui aussi eu droit à de belles performances. Madagascar cette fois en retrait, ce sont les Réunionnais et Mauriciens qui se sont partagés les lauriers, ces derniers au poids (avec Bernard Baptiste, 16,39 m) sur les deux 4×100 m. Un succès logique pour les hommes, vainqueurs pour la sixième fois de ces Jeux. Une victoire plus inattendue pour les femmes qui ont, en 45’’89, fait tomber le vieux record national qui datait de 1990. Pamela Clorate, la jeune Réunionnaise, a fait également forte impression sur 800 m (2’05’’29), tandis que le triplé des heptathloniennes réunionnaises et le succès de leur compatriote Ruben Gado au décathlon restera sans doute dans les esprits.


Quittons le synthétique pour le dojo régional où la Réunion a glané trois médailles d’or supplémentaires après les sept de la veille pour porter son total à dix, série en cours avant les épreuves par équipes demain. Ce pourrait être donc une moisson record pour les judokas péi, à l’image de ce qu’ont déjà réalisé les pongistes locaux au gymnase des Deux-Canons avec un doublé au double messieurs au lendemain du triplé en double mixte.
Cette journée dorée pour la Réunion avait enfin débuté de la plus belle des manières par la domination au contre-la-montre individuel d’Emmanuel Chamand entre Saint-Gilles et Saint-Paul sur une distance de 20 km bouclée en 23’44’’14 avec une belle avance sur le tenant du titre mauricien Yannick Lincoln (24’26’’33).
Les seuls sportifs réunionnais à être finalement passés à côté de l’or auront finalement été les haltérophiles, bredouilles de médailles lors de la deuxième de tournoi entre costauds de l’océan Indien. Là, Seychellois et Mauriciens se sont partagés les lauriers avec six médailles d’or chacun. Les Malgaches sont montés pour leur part douze fois sur la seconde marche du podium.


Un plein d’argent qui leur a néanmoins coûté cher car ils ont abandonné leur première place aux Réunionnais au tableau des médailles (voir ci-contre), les Mauriciens demeurant deuxièmes. Des chiffres qui évolueront demain avec de nouvelles breloques distribuées en athlétisme, haltérophilie, natation et judo. Se joueront également les demi-finales de handball, de volley-ball et de football. Voilà qui augure de jolis succès populaires et de belles ambiances. Avec de nouveaux chants en perspective.

In Sujets

L’île Maurice tourne à l’or

 - 

Ex-aequo au nombre de médailles d’or dimanche soir avec Madagascar, l’île Maurice a pris seule le devant au tableau des médailles avec une belle journée pour elle en athlétisme mais surtout en tennis de table.

Le programme des matches avait été conçu pour que les derniers matches soient finalement de véritables finales. A domicile, les locaux comptaient réaliser un doublé inédit. Hélas pour eux, ce rêve est passé et ce sont les Mauriciens qui ont réussi celui-ci en s’imposant 3-1 tant chez les dames que chez les messieurs.


Une performance qui explique une partie de la belle moisson mauricienne depuis le début de ces Jeux en terme de métal doré. Avec douze médailles, les sportifs de l’île Soeur sont bien partis pour faire la fierté de leurs nombreux supporters présents sur les réseaux sociaux pour le suivre.
Grâce aux pongistes donc, qui pourraient être rejoints demain matin par les spécialistes de badminton puisque ces derniers sont également à une victoire d’un doublé (toujours face aux Réunionnais d’ailleurs), mais aussi en raison de la belle prestation de leurs athlètes.
Ceux du sport adapté ou de l’handisport. Ainsi, ce matin, Jean-François Senèque a rapporté une nouvelle médaille d’or à son pays au lancer du poids. Il a ainsi été source d’inspiration de ses camarades valides, lesquels ont connu un bel après-midi sous le ciel gris saint-paulois.


Avec le succès au triple-saut féminin remporté par Karina Jolicoeur (12,02 m) quasi en même temps que le nouveau sacre de Nicolas Li Yung Fong au marteau (58,75 m). En fin de soirée, c’est un triplé inédit au javelot féminin qui a fait la fierté de la délégation quadricolore. Un premier triplé signé Jessica Rosun, Vanessa Colin et Bernadette Perrine, lesquelles sont entrées ainsi dans l’Histoire des Jeux.
Les adversaires mauriciens ne sont pas restés les bras croisés à regarder ces derniers collectionner les breloques. Ainsi, Malgaches et Réunionnais se sont offerts quatre titres chacun. Les premiers dans les courses, on s’y attendait, avec Olga Razanamalala au 400 m haies (59’’24), Marie-Eliane Saholinirina au 1 500 m (4’27’’17), Lori Razanandrafomba au 800 m (1’54’’79) et Jean Mampitraotsy au 10 000 m (31’06’’44) . Les Bleus avec Thomas Turpin au 110 m haies (14’’40), Michael Bertil au 400 m haies (51’’53), Dominique Gomez au 5 000 marche (26’28’’62) et Margareth Gustave au poids sport adapté (5,95 m).
Dans ce contexte, les Seychelles ont ramassé les miettes grâce à l’attendue Lissa Labiche à la hauteur (1,81 m).
Ailleurs, les compétitions ont poursuivi leur avancée avec une première journée de voile marquée par un très petit temps et une domination partagée des Seychellois et Réunionnais, les favoris en somme. Les meilleurs sur le papier, Malgaches et Réunionnais, ont également confirmé qu’il faudrait compter sur eux sur les courts du tennis.


En sports collectifs enfin, les ultimes changements de programme, suite au forfait des Comores dont les effets pourraient se ressentir aujourd’hui encore après le communiqué du CIJ émis en début de soirée (*), ont permis d’établir l’équité sportive la meilleure possible, notamment avec deux nouvelles poules de 3 en volley-ball masculin.

In Sujets

Madagascar hisse les couleurs

 - 

Marquée par la décision du COJI de ne plus diffuser les hymnes nationaux et de suspendre la montée des drapeaux lors des différents protocoles, ce mardi de 9e Jeux des îles a vu également Madagascar prendre la tête au classement des médailles.

Drôles de jeux que ces Jeux des îles de l’océan Indien 2015 qui nous réservent chaque jour une nouvelle surprise, pour le moins difficile à gérer. Après les problèmes de visas rencontrés par les Malgaches et Comoriens en fin de semaine dernière, après le forfait général de la délégation comorienne suite à la décision de l’Etat français de faire en sorte que Mayotte puisse défiler derrière le drapeau français lors de la cérémonie d’ouverture, c’est une affaire de protocole qui est venue troubler la fragile sérénité de ces JIOI.
Prise en otage par les désirs diamétralement opposés du CIJ (comité international des Jeux) et de la France sur le cas épineux du statut mahorais lors de ces Jeux, le COJI a en effet décidé en cours de journée de supprimer hymnes et drapeaux de toutes les cérémonies protocolaires.

Mais une autre affaire est venue ternir ce mardi déjà maussade sur le plan météorologique avec l’affaire Kloster, du nom de la joueuse de volley-ball réunionnais déclarée inéligible aux Jeux par le comité technique international de son sport et le CIJ. En réponse à cette sanction, la Ligue réunionnaise de volley-ball, par la voix de sa présidente, a annoncé en début de soirée qu’elle abandonnait l’organisation du tournoi féminin. Des demi-finales seront-elles jouées demain ? En coulisses, le COJI fera probablement tout pour que la compétition se poursuive.
Mais parlons un peu de sport et de la belle journée de compétition de sportifs malgaches qui ont remporté pas moins de 16 médailles d’or, neuf en haltérophilie et sept en athlétisme. Avec 26 breloques en or glanées depuis le début des JIOI, Madagascar a donc pris la tête au classement des médailles. Devant l’île Maurice (20 médailles d’or) qui a rendu une belle copie avec trois titres en haltérophilie, deux autres en athlétisme, deux dans une de ses disciplines de prédilection, le badminton, et une dernière au judo.
Cette petite médaille enlevée sur le tatami dionysien a empêché les Réunionnais de réaliser le Grand Chelem dont ils rêvaient sans doute secrètement. Néanmoins, avec sept titres sur huit, les judokas péi ont marqué les esprits. A l’instar des pongistes auteurs d’un triplé en double mixte.
Un triplé, il y en a eu un autre en athlétisme. Au javelot masculin. Historique à plusieurs titres. D’abord parce qu’il est Mahorais. Ensuite parce que Fahdedine Madi Ali est devenu à cette occasion le premier médaillé d’or mahorais dans l’Histoire des Jeux. Enfin, parce que les trois compères ont décidé de lever le poing en signe de protestation, à l’instar des sprinters noirs américains Tommie Smith et John Carlos aux Jeux olympiques de Mexico en 1968.

In Sujets

Le Camp des Jeunes

 - 

Chaque délégation devra arriver avec une carte géographique de leur île
qui sera exposée dans le hall du CREPS.

• Les jeunes de chaque pays prépareront, en amont, un diaporama de
présentation de leur île d’une durée de 10 minutes.
Puis, chaque soir, au Village des jeux, un temps sera consacré à la présentation, par les jeunes, de leur île.

• Des enquêtes seront à mener sur l’application ou pas des Valeurs de
l’Olympisme durant les jeux pour alimenter le débat sur ces valeurs. Débat prévu en fin de semaine.
Par le biais de grilles d’observations à renseigner pendant les rencontres sportives auxquelles les jeunes assisteront et par le biais d’un questionnaire à poser aux athlètes dans le Village.
Pour mener à bien ces enquêtes et pouvoir récolter un maximum d’informations, des équipes, composées d’un représentant jeune de chaque île, seront constituées.

• Les jeunes de chaque délégation devront également travailler, en amont,
sur le thème du Développement Durable, notamment en ce qui concerne les déchets (tri sélectif, gestion, valorisation et réduction des déchets).
Pour leur apporter des éléments supplémentaires dans ce domaine, ils iront visiter un centre de tri et un centre d’enfouissement de déchets et seront sensibilisés à la protection de l’environnement par des interventions pédagogiques de nos partenaires.
De jeunes collégiens et lycéens réunionnais impliqués dans leur projet d’établissement sur ce thème, témoigneront de leur expérience et actions sur le sujet.
Ce sont les jeunes de la délégation Réunion qui rapporteront un reportage vidéo effectué à la suite de rencontres avec ces élèves.

Les jeunes partiront à la découverte d’un site de montagne au « Parc
National des Hauts » sur les sentiers du Volcan. Ils vont y découvrir un écosystème terrestre (faune et flore), la biodiversité.
Cette randonnée sera couplée avec une visite guidée de la Cité du Volcan qui leur apportera des informations supplémentaires sur les mécanismes d’une éruption, la colonisation des laves et la biodiversité.

6 jeunes : 3 jeunes filles et de 3 garçons.
Nos jeunes viennent des 4 coins de l’île (nous avons des représentants du Nord, du Sud, de l’Ouest et de l’Est). Certains sont impliqués dans des associations culturelles, d’autres viennent du milieu sportif ou autre.

-  2 encadrants : un homme et une femme.
Par ailleurs, nous avons la chance d’accueillir une jeune fille ayant participé au Camp des Jeunes de 2011, qui nous apporte son expérience et son vécu en tant que participante.
Elle a souhaité, cette fois-ci, se retrouver de l’autre côté du décor et vient renforcer l’équipe d’encadrement.

-  2 responsables (2 femmes) pour gérer l’organisation du Camp des jeunes dans son ensemble et aider les jeunes de la délégation Réunion dans leur préparation.

Les membres de notre délégation se sont déjà rencontrés plusieurs fois pour commencer les travaux sur les différents thèmes et activités prévus.
Outre les réunions entre responsables et encadrants, nos jeunes en sont à leur 3ème regroupement.
-  Un 1er weekend de travail avec nuitée a été organisé les 9 et 10 mai derniers au CREPS de St Denis.
-  Une demi-journée, le 13 juin, avec visite du Muséum d’Histoire Naturelle pour que nos jeunes approfondissent leurs connaissances sur la faune de la Réunion.
-  Une autre demi-journée le 27 juin.

Ces premiers regroupements nous ont permis de commencer les travaux sur les différents domaines cités dans le règlement technique.
Les vacances scolaires approchant, le rythme des rencontres va pouvoir augmenter.
Nos jeunes étant libérés de cours, nous allons pouvoir avancer un peu plus vite dans notre préparation.

In Sujets

Pourquoi aimons-nous regarder les compétitions sportives

 - 

 

Les compétitions sportives sont organisées périodiquement et suivies par tous avec un grand intérêt. Les Jeux Olympiques, le Mondial de football ou encore le Tour de France sont autant d’événements qu’on aime suivre. De nombreuses autres compétitions comme les Jeux des Îles de l’Océan Indien sont également organisées tous les 4 ans. Sans être forcément un sportif, on aime suivre ces compétitions sportives et les prouesses des athlètes.

Les grandes compétitions sportives rassemblent diverses nationalités. C’est toujours un plaisir pour un pays de voir son drapeau flotter dans le village olympique. La première raison pour laquelle on aime suivre les compétitions sportives internationales c’est pour supporter son équipe nationale. L’idéal serait de vivre cette ambiance en supportant ses équipes dans les gradins. Faites vos valises, réservez vos billets et partez avec une escort Paris pour vivre l’ambiance des jeux au plus près.

Les compétitions sportives sont une occasion de voyager. Si vous voulez un peu de compagnie, demandez à une escort Paris de vous accompagner. Elles apprécieront sûrement de découvrir un nouveau pays et de jouer les touristes. Si en plus l’escort Paris apprécie le sport, elle sera particulièrement enchantée de vous suivre. Ces belles dames ont chacune leur personnalité et goûts propres. Prenez le temps de bien choisir celle avec qui vous souhaitez passer un séjour de rêve dans le pays hôte de la compétition sportive.

Les sportifs sont de plus en plus considérés comme des héros. Ils s’entrainent dur pour améliorer leurs performances et apporter une médaille à leur pays. Assister à une compétition sportive est une occasion de voir les athlètes à l’œuvre. Avec un peu de chance, vous pouvez prendre une photo avec eux et l’escort Paris de http://www.6annonce.com. Les compétitions sportives sont également l’occasion pour jeunes athlètes de se faire connaitre. Les légendes comme Michael Phelps ou encore Usain Bolt sont principalement nées lors des Jeux Olympiques.

Le supporter est un joueur à part entière dans une compétition sportive. En effet, les sportifs ont besoin de leurs supporters pour les encourager dans les épreuves. Avant d’entrer dans un stade, demandez à votre escort Paris de vous aider à vous mettre dans la peau du parfait supporter. Il peut s’agir d’habits aux couleurs de votre équipe ou même de peintures à mettre au visage. L’ambiance dans les gradins est aussi électrique que sur le terrain. Si on n’a pas encore eu l’occasion de vivre cette expérience, c’est le moment de planifier un séjour dans un pays hôte d’une compétition sportive.

Si on ne peut pas partir en voyage, il est toujours possible de suivre les compétitions sportives à la télévision. Le sport est toujours un moment de fraternité qu’on aime partager avec sa famille et ses amis. Un match est une occasion de se retrouver entre supporters du quartier et de passer un bon moment ensemble. Hormis la compétition en elle-même, les cérémonies d’ouverture et de clôture des jeux font également partie des moments qu’on aime suivre. Musiques, danses, paillettes et symboles, tout est là pour vivre ensemble un moment de communion sous le signe du sport.

In Sujets